Où sommes nous
Qui sommes nous
Projet
Trajet
Ecoles
Journal de voyage
Par pays
Départ de France
La Suisse
Chez les Ritals
Du 7 au 8 sept 2005
Du 9 au 11 sept 2005
Du 12 au 16 sept 2005
Du 17 au 20 sept 2005
Du 21 au 26 sept 2005
Du 27 sept au 2 oct
La Croatie
Un détour en Bosnie
De retour en Croatie
La Serbie-Monténégro
La Grece Antique
La Turquie
La Syrie
La Jordanie
L'Egypte
La Thailande
Le Laos
Le Cambodge
Le Viêt-Nam
Retour en France
Forum
Bibliographie
Liens
 
 Accueil > Journal de voyage > Par pays > Chez les Ritals > Du 9 au 11 sept 2005

9 et 10 septembre 2005 : La Dolce Vita !!!

Pizza a la taglia

 

MILAN : on debarque en metro a la Plazza Del Duomo. Le Duomo ( la cathedrale) est en restauration, mais semble superbe rien qu'a ses portes de cuivre.

Pendant 3 jours, on s'y balade : la Scala, la Galleria Emmanuelle II. On serait bien partis plus tot , mais nous sommes bloques par la pluie et devons travailler au journal sur internet.

 

Nous mangeons dans les trattorias et goutons aux pizzas a la taglia (a la tranche), on en regoutera jamais d'aussi bonnes.

Le Duomo de Milan
 
Galleria Emmanuelle II
Rue de Milan
 Le dernier jour, en cherchant un internet-cafe, nous rejoignons le quartier du Canal Di Naviglio. C'est certainement l'endroit qui nous plait le plus : un canal, des ponts de pierre et  de beton, des balcons rouilles en fer forge, mais plein de vie jusqu'au soir. C'est pas vraiment beau, mais avec ses murs tagues et crasseux, c'est toute une atmosphere Milan !

Le soir, c'est la musique des bars, sur le trottoir, on se glisse dans des fauteuils en rotin, c'est la Dolce Vita.

 

Soirée tunning

Le quartier des antiquaires pres du chateau est un plaisir. La quietude des patios a l'entree des immeubles, des boutiques d'antiquites souvent a themes ; dans l'une d'elles, que d'objets etranges et farfelus, on se demande meme si le diable ne va pas nous y accueillir.

Le soir, rentrant au camping, interpeles par le vacarme ambiant, nous atterrissons dans une soiree “tunning” : concours de sonos, chassis surbaisses et moteurs etincelants, le comble pour des tandemistes !

Le 11 septembre 2005 : Rencontre avec 2 lascards

Sortie de Milan

 

 

Nous repartons de Milan, l'orage menace et finit par eclater, nous nous refugions a temps dans une pizzeria, mais une fois entres, c'est en fait  un resto chinois. Essayez de commander chinois dans un menu italien ! On choisit au pif et c'est agreable : viande, crudites, legumes, voila qui nous change des pates et des pizzas.

 

On repart entre les flaques parfois enormes ; les petites bouches d'egouts nous ferons delirer toute notre traversee italienne.

54 kilometres plus loin, nous arrivons enfin dans des villages plus jolis.

A Treviglio, curieux et en quete de pain, nous penetrons dans le bourg, en vain. Tous les commerces sont fermes, mais il y a du monde plein les rues. Sur la place principale, on s'apprete a repartir...

Un passant nous interpelle en francais. Nous voici face a Paolo, un singulier personnage, sa longue barbe taillee en pointe lui donne une allure bizantine. On le croirait tout droit sorti des aventures d'Alexandre Le Grand.

Paolo appelle son frere :

-”Francesco, Francesco !

 Les deux lascards ne se deplacent qu'en velo et n'ont pas leur permis de conduire.

C'est etonnant, Paolo parle un francais parfait et connait la geographie de la France mieux qu'un Francais (il sait que Cherbourg est dans le Cotentin). Il est aussi une vraie encyclopedie sur son propre pays.

-”Mais Paolo, pour parler comme ca et savoir tout ca, tu es deja alle en France ?

-”Non, mais il y a quelques annees, en Italie du Nord, on recevait Antenne 2 et j'ai regarde tres longtemps la tele.” (Il avouera plus tard qu'il a pris quelques cours de grammaire)

 

Intrigues, les badauds engagent la conversation et Paolo sert d'interprete. Pendant deux heures, ils nous expliquent les traditions du coin et les specialites des villes environnantes.

 

Paolo et Francesco

Aujourd'hui, c'est la fete de la “turta de Trei”(la tarte de Treviglio) et l'un va nous chercher une part de gateau, un autre nous apporte un verre de vin.

 

On fait conference au milieu de la place et c'est sympa, mais il commence a se faire tard, la nuit commence a tomber. On explique qu'il faut y aller et qu'on ne sait pas ou coucher. Chacun cherche ou on pourrait dormir, tout y passe jusqu'au monastere d'a cote et l'ambiance est tellement bonne qu'on se dit, ca y est on va nous inviter dans son jardinet. Mais non, ca ne leur vient pas a l'idee !

 

Il fait nuit noire, l'orage commence a gronder, il faut y aller ! Nous laissons nos deux comperes assis sur un banc a manger du fromage dans des assiettes en carton. On  a l'impression qu'ils vont y passer la nuit. Mais ont-ils vraiment un chez eux ?

 

A peine sortis du village, un terrain propice sur la droite, on s'enfonce dans le noir pour y planter la tente.

 

 Italie suite ...