Où sommes nous
Qui sommes nous
Projet
Trajet
Ecoles
Journal de voyage
Par pays
Départ de France
La Suisse
Chez les Ritals
La Croatie
Un détour en Bosnie
De retour en Croatie
La Serbie-Monténégro
La Grece Antique
La Turquie
La Syrie
Du 26 au 29 dec 2005
Du 29 dec au 3 jan
Du 4 au 5 jan 2006
Du 5 au 6 jan 2006
Du 6 au 12 jan 2006
Du 13 au 18 jan 2006
Du 19 au 20 jan 2006
La Jordanie
L'Egypte
La Thailande
Le Laos
Le Cambodge
Le Viêt-Nam
Retour en France
Forum
Bibliographie
Liens
 
 Accueil > Journal de voyage > Par pays > La Syrie > Du 13 au 18 jan 2006

Du 13 au 18 janvier 2006 : Damas
Deambulations douanieres

Statue de Saladin, Damas

Des l’arrivee a Damas, nous sommes agreablement surpris. Peu stressante, on est loin de l’ambiance survoltee d’Allep.

 

Nous passons au service d’immigration pour notre extension de visa. Dans les bureaux, quel bordel ! Civils ou douaniers, ca rentre et ca sort de tous cotes. Pas d’organisation, pas de file d’attente et tout est ecrit en arabe.

 

Un gars nous guide vers un premier bureau ou on inspecte nos visas. On nous renvoie a un deuxieme pour payer. Puis, nous partons chez le commandant pour obtenir sa signature et un chocolat ! On arrive chez le capitaine qui signe aussi : quelle deception, pas de chocolat ! Enfin, dans le cinquieme bureau, comme on a ete bien sages, on a eu notre tampon. Finalement, c’etait pas si complique. En une demi-heure, tout est regle.

 

 

Le monde est petit
Erika et Robin

 

 

Erika et Robin nous rejoignent. Tous les routards cotoient les memes endroits pas chers et sont obliges de se retrouver ou de se croiser.

Au Liban, ils ont rencontre Helene et Romain, couple tandemiste francais, qui eux ont rencontre nos amis Sebastien et Annabelle, qui connaissent tous Pauline, une retraitee pedaleuse en avance sur nous et qu’on ne verra pas. Le monde est vraiment petit : on se connait tous sans se connaitre (voir les liens).

Abboud et Celine, Mosquee des Ommeyades

 

 

 

 

 

Nous appelons Abboud, notre guide du « Krak » qui demeure souvent a Damas. C’est un Syrien chretien passionne par son pays. Cote culture et religions, il est incollable. Avec lui, on visite les lieux de culte.

Carrefour des religions

 

La mosquee des Omeyades est la plus importante de Syrie. Devant le coffret qui contiendrait la tete de Saint Jean le Baptiste, les musulmans se recueillent. Sur les grilles du mausolee, ils nouent un ruban symbole de leur requete. Cette mosquee possede  trois minarets dont le minaret de Jesus. Selon eux, c’est d’ici qu’il reviendra pour presider le jugement dernier.

 

Mosquee des Ommeyades
 
Interieur mosquee de Damas
Sieste a la mosquee des Ommeyades

 

 

 

 

Plus qu’un lieu de culte, les mosquees sont des endroits de rassemblement. En dehors des heures de priere, les enfants peuvent y courir et jouer. Les adultes y mangent, discutent,  font la sieste…

Timbres a l'effigie de Jean-Paul II

 

 

 

En Syrie, les religions se cotoient et vivent bien ensemble. Islamique, l’Etat respecte les cultes. Pour tout le monde, le vendredi est chome. Le dimanche, les chretiens ont deux heures pour la messe. Le samedi, il n'y a jamais d'examen officiel comme le bac, afin de ne pas gener la communaute juive syrienne.

Islam et resistance politique
Femmes voilees

 

 

 

On interroge Abboud sur le voile :

« Un bon nombre de femmes sont habillees modernes et ne portent pas le voile. Est-ce que les mœurs s’occidentalisent ? »

« C’est l’inverse », affirme-t-il, « avant beaucoup moins de femmes portaient le voile ».

Mosquee neuve pres de Srouj

 

La femme du president Assad n’est jamais voilee puisque le couple presidentiel pratique un islam moderne. Aussi, depuis peu, le voile n’est plus seulement un signe religieux, il est symbole de resistance politique. En fait, moins l’homme a de liberte, plus sa femme est voilee. C’est elle qui subit.

Au restaurant, a chaque cuilleree, les femmes sont obligees de soulever leur voile !

En trente ans, il s’est construit plus de mosquees qu’en plusieurs siecles d’islam. Les chantiers pullulent.

Si tot vue, si tot vendue !

 

Les Syriens sont debrouillards. Rien ne se perd et dans la rue, tout se vend. Nicolas a bien failli se faire acheter sa veste. Il a juste le temps de l’accrocher a une grille pour oter son pull qu’un passant demande le prix. Ca alors, en moins de dix secondes, elle serait vendue !

 

Vendeur de jus de fruits
 
Les feves bouillies

Nous devons repartir demain, mais Abboud nous propose de se revoir et de manger chez lui. Grace a lui et sa famille, nous decouvrons les petits recoins et grandes maisons bourgeoises de la capitale.

 

Maison Damatienne
 
Epices dans le souq
 La Syrie suite...