Où sommes nous
Qui sommes nous
Projet
Trajet
Ecoles
Journal de voyage
Par pays
Départ de France
La Suisse
Chez les Ritals
La Croatie
Un détour en Bosnie
De retour en Croatie
La Serbie-Monténégro
La Grece Antique
La Turquie
La Syrie
La Jordanie
L'Egypte
La Thailande
Du 7 au 19 mars (1)
Du 7 au 19 mars (2)
Du 20 au 22 mars 2006
Du 22 au 24 mars 2006
Du 25 au 29 mars 2006
Du 29 mars au 3 avril
Du 4 au 8 avril 2006
Du 9 au 11 avril 2006
Du 12 au 13 avril 2006
Le Laos
Le Cambodge
Le Viêt-Nam
Retour en France
Forum
Bibliographie
Liens
 
 Accueil > Journal de voyage > Par pays > La Thailande > Du 20 au 22 mars 2006


Lundi 20 mars 2006 : Le livre de la jungle
Temple Khmer et singes - Lopburi

A Lopburi, les singes ont investi la ville et les ruines des temples khmers.  Ils sont nourris et leur bauge est nettoyee tous les jours.

De vrais gosses qui jouent a s’embeter, se tirer sur la queue, se baigner dans les bassins, arroser les autres, nous piquer nos chapeaux ou nous sauter sur le sac a dos. Ils sont sales, touchent leur pipi pour ensuite mettre leurs mains a la bouche.

 

Mon chapeau !
 
Ma voiture !


Jeux de mains, jeux de vilains

 

Dans un des temples, on nous donne un baton pour nous defendre. En fait, le jeu favori des jeunes est d’attraper ou de s’accrocher au baton le plus haut possible. Mais on fait gaffe car ca peut vite degenerer quand ils sont en nombre et si on veut se defendre les adultes chargent. Ca, c’est beaucoup moins drole ! On n’en mene pas large !

 

 

 

Cousin - cousine
 
Baton pour se defendre


Mardi 21 mars 2006 : Sous le soleil exactement

 

Ca y est, nous quittons Lopburi a velo. Les routes se revelent encombrees et gavantes, c'est pourquoi on s’engage vite dans les petits chemins en nous guidant a la boussole. Nous decouvrons enfin une multitude de petits hameaux.

 

Chemin vu de derriere

 

 

 
Chemin vu de devant

 

 

Madame Champignon ajuste son chapeau

 

 

Les temperatures oscillent entre 32 et 40 degres au plus chaud de la journee. Pour ne pas fondre au soleil, nous avons investi dans de beaux chapeaux et de belles tuniques a manches longues mais, pour nous fondre dans la masse c’est un peu loupe ! Ici, on nous appelle les « farangs » (etrangers).

 

 

Vive l'eau !


Quand les moines mettent les « wats »
Vue sur les rizieres

 

On plante la tente au milieu des rizieres. Une musique s’eleve du village proche. Le volume est si fort qu’on se demande s’il n’y a pas une fete. On comprend au petit matin qu’il s’agit du « wat » voisin. Des 4h du matin, de gros hauts-parleurs sont branches sur la radio religieuse.

Les temples ou « wats » sont des lieux de fete et de rencontre. D’ailleurs, il est courant que les jeunes Thailandais passent leurs vacances dans les monasteres.



Mercredi 22 mars 2006 : Bebetes-Show

 

Forcement, on n’a pas tres bien dormi. En plus, il faut se rehabituer au camping en sauvage dans cet environnement encore inconnu. Toute la nuit, on a entendu les grillons et cigales si fort qu’on en a encore mal aux oreilles. On verifie nos chaussures avant de les enfiler. On evite de sortir de la tente en pleine nuit a cause des moustiques et on tape des pieds pour effrayer les serpents.

 

Banc de poissons dans le fleuve
 
Qu'il a de belles dents !

Avant de reprendre le velo, nous discutons avec le proprietaire du champ voisin qui nous montre les escargots d’eau enormes et leurs oeufs roses. Puis, nous explique gestuellement la culture du riz.

 

Escargot d'eau
 
Oeufs d'escargot

La campagne raisonne de chants d’animaux que l’on ne connait pas. Les oiseaux bien sur, mais aussi les insectes qui font le meme bruit qu’une entreprise de scierie. Au debut, on s’est meme demande ou etaient les personnes qui sciaient le bois.

 

On traque pendant plusieurs jours l’oiseau qui a le hoquet. On apprend un peu plus tard, que c’est en fait un gros lezard de 30 centimetres appele Touke.

 

Mais qu'est-ce donc ?
 

 

 

Fleurs de perlimpinpin
 
Les gros Jack-fruit, c'est bon


Sawadee !
Salut asiatique

 

Aujourd’hui encore, soleil de plomb. On ne souffre pas vraiment de la chaleur, puisque quand on roule, il se cree un petit air.

Sourire aux levres et mains jointes, les habitants nous saluent d’un sawadee-ka si c’est une femme ou sawadee-kapt si c’est un homme. Bien pratique cette differenciation pour connaitre le sexe de notre interlocuteur, car quelquefois le doute subsiste.

 La Thailande suite...