Où sommes nous
Qui sommes nous
Projet
Trajet
Ecoles
Journal de voyage
Par pays
Départ de France
La Suisse
Chez les Ritals
La Croatie
Un détour en Bosnie
De retour en Croatie
La Serbie-Monténégro
La Grece Antique
La Turquie
La Syrie
La Jordanie
L'Egypte
La Thailande
Du 7 au 19 mars (1)
Du 7 au 19 mars (2)
Du 20 au 22 mars 2006
Du 22 au 24 mars 2006
Du 25 au 29 mars 2006
Du 29 mars au 3 avril
Du 4 au 8 avril 2006
Du 9 au 11 avril 2006
Du 12 au 13 avril 2006
Le Laos
Le Cambodge
Le Viêt-Nam
Retour en France
Forum
Bibliographie
Liens
 
 Accueil > Journal de voyage > Par pays > La Thailande > Du 25 au 29 mars 2006


Samedi 25 mars : Manque de sommeil
Le marche flottant

 

Toute la nuit, on entend la barge craquer. Les avertissements repetes des habitants concernant les dangers du camping sauvage, nous rendent paranos et nous font dormir en gendarmes.

- « En tant qu’Occidentaux, vous passez pour tres riches et vous risquez des ennuis. »

Du coup, le sommeil n’a pas ete tres reparateur, d’autant que des 5h du matin, les premiers marchands viennent s’installer. Vite, il faut tout remballer pour ne pas gener.

 



Deux journees en une
Bananes grillees au marche flottant

 

 

 

Vivre en Thaïlande est une histoire matinale. Des 5h du matin, les habitants s’activent. Puis, aux heures les plus chaudes font la sieste sous les pilotis de la maison. Reveil vers 16h pour reprendre l’activite jusqu'a la nuit.

 

On aimerait bien se caler sur le rythme des locaux, mais chaque fois qu’on est matinaux, il y a quelqu’un ou quelque chose pour nous retarder :  invitation, morsure de chien, rencontre avec des gens qui aiment causer…

On petit-dejeune sur le marche. Ainsi on goute un peu a tout, des bananes grillees aux œufs a la noix de coco.

Les filles des gargottes trop contentes d'avoir des farangs a manger

 

 

Dans le pays, la nourriture n’est pas chere ( 1,5 euros pour deux cyclistes affames), alors on ne cuisine plus et on ne fait plus les courses pour le soir. On se restaure sur les marches ou les echoppes en bordure de route.

 

Comme les Thaïs, nous achetons l’eau car ici elle n’est pas potable. Parfois meme, on nous l’offre, comme le repas d’ailleurs.



Dimanche 26 mars 2006 : Ca fera l’affaire...

 

On arrive le soir dans une petite ville, Kamphaeng Phet. On prend une chambre d’hotel pas chere, 4  euros. On depose nos affaires, les draps sont propres, il y a quelques crottes de souris sur le mur de la salle de bain et une blatte se fait la malle quand on allume la lumiere. C’est vrai, ca sent les egouts et la moustiquaire qui bouche l’acces au-dehors est percee par endroits. Bof, pour une nuit ou deux, ca fera l’affaire...

On va manger un barbecue. Tout le resto, clients et serveurs, se mettent a nous servir, nous aident a retourner la viande, nous montrent comment on met les legumes a cuire. Nous sommes repus.

 



La nuit de la blatte
Blatte de salle de bain, notez la finition des joints a la crasse !

On rentre a la chambre, et la, quelle horreur !  Des grosses blattes dans la chambre, dans la salle de bain et dans la sacoche de fringues de Celine ! On a beau les chasser ou les ecraser, meme apres trois coups de baton, elles bougent encore ! En plus, la porte de salle de bain ne ferme pas correctement, on dirait que c’est fait expres ! On passe une partie de la nuit a les tuer et a les ecraser. Elles se cachent sous les garde-boue du tandem, on voit juste les antennes bouger. Mais si cela se trouve, on vient d’ecraser notre grand-tante ou notre grand-cousin, il a fallu qu’ils soient bien mauvais pour etre reincarnes en blattes !

 



Lundi 27 mars 2006 : Trop de bla-blattes

 

On a mal dormi. Dire qu’on a pris un hotel pour se reposer et non pour chasser la blatte !

On demande a changer de chambre. Elles ont toutes des portes de salle de bain pourries d’humidite, des blattes noyees, des crottes de souris ou une grille d’aeration manquante. En fait, tout communique. Pas etonnant qu’ils fassent un elevage ! Finalement, on change de cote de couloir, ainsi on ne donne plus sur les egouts, mais sur la cour.

 

On part visiter les ruines de l’ancienne cite Khmere, peuple a l’origine de la Thaïlande.

 

On rentre a l’hotel. Dodo sans trop de blattes. Mais c’est encore tres sommaire et les draps n’ont pas ete changes.

 

Bouddha du site historique de Kamphaeng Phet
 
Ancien temple khmer de Kamphaeng Phet


Mardi 28 mars 2006 : On n’est pas difficiles, mais tout de meme !
Hummm ! Voici la SDB la plus propre !

 

 

Nous faisons notre toilette entre crottes de souris et cadavres de blattes. Nicolas, avant de partir, se lave une derniere fois les mains. Il voit l’eau sortir noire comme celle d’un egout. On s’est douches a ce robinet 10 minutes avant ! Non, non, n’y pensons pas ! En tout cas, c’est fini les hotels a 4 euros si bien qu’a Tak, le soir suivant, on loge dans une chambre a 12 euros. Et la, c’est grand confort.



Mercredi 29 mars 2006 : Les Thaïs sont de petite taille
Barrage de Bhumibol Dam

 

Dans ce pays, les portes ou charpentes sont basses. Pour Celine, ca passe impeccable, mais pour Nicolas, ca fait deja cinq fois qu’il se tape la tete.

 

Le relief devient plus montagneux. On fait route vers Bhumibol Dam, un grand lac de barrage qui ne figure pas dans les guides, cependant c’est une station balneaire frequentee par les Thaïlandais. Avant d’arriver, un gros orage eclate. On est sous la pluie mais on s’en moque car il fait 30 degres et on est bien. On se trouve un bungalow en teck pour la nuit.

 La Thailande suite...