Où sommes nous
Qui sommes nous
Projet
Trajet
Ecoles
Journal de voyage
Par pays
Départ de France
La Suisse
Chez les Ritals
La Croatie
Un détour en Bosnie
De retour en Croatie
La Serbie-Monténégro
La Grece Antique
La Turquie
Du 20 au 22 nov 2005
Du 23 nov au 1er dec
Du 2 au 5 dec 2005
Du 6 au 7 dec 2005
Du 8 au 10 dec 2005
Du 11 au 13 dec 2005
Du 13 au 16 dec 2005
Du 16 au 20 dec 2005
Du 21 au 26 dec 2005
La Syrie
La Jordanie
L'Egypte
La Thailande
Le Laos
Le Cambodge
Le Viêt-Nam
Retour en France
Forum
Bibliographie
Liens
 
 Accueil > Journal de voyage > Par pays > La Turquie > Du 20 au 22 nov 2005

LA TURQUIE DU 20 NOVEMBRE AU 26 DECEMBRE 2005

 Cliquez ici pour voir le chemin parcouru en Turquie

Le 20 novembre 2005 : Quelles nouilles !
Pont turc pres de Cesme

 

 

Sur l'ile de Chios, on campe sur un parking pas loin du port, aussi se laisse-t-on aller a secher la tente un peu trop longtemps. On fait les quatre bornes a fond. Le bateau est en train de larguer les amarres. Le mec sur la jetee rappelle le ferry et nous demande d'aller faire viser nos passeports par les douanes. Quelles nouilles ! On n'avait pas pense a ca ! L'equipage rigole. "Cool, cool, prenez votre temps !" Sur le bateau, on comprend mieux, nous sommes les seuls passagers.

Aux portes de l'Orient

Billets a l'effigie d'Ataturk

Une heure apres, on pose les pieds sur le sol turc. On apprehende un peu comme a chaque fois, mais cette fois-ci un peu plus. La Turquie, c'est l'Europe, mais c'est aussi la porte de l'Orient. Un simple tampon et voila : "Merhaba !" (Bonjour)

 

La ville balneaire de Cesme est deserte ; premier retrait bancaire a l'effigie d'Ataturk.

Double dose
Terrain pour chevres

 

La route est un long ruban de bitume lisse. Sur les cotes, quelques oliviers et un paysage defonce de roches ou seules les chevres peuvent brouter.

On pique-nique a l'abri du vent derriere un rocher, mais vers 15h, on voit un gros orage arriver. On a juste le temps de s'abriter dans un resto avant que le ciel ne nous tombe sur la tete.

Repas turc

 

Les plats defilent et on ne sait pas comment leur dire qu'on a deja le ventre plein. Nous goutons, un peu forces, notre premier repas turc.

Les averses se succedent, nous n'avons plus envie de sortir. Nous demandons a planter la tente : c'est OK. Nous restons toute la soiree devant la cheminee. 

Du 21 au 22 novembre 2005
Plus de glas, mais glas-glas
Minaret et drapeau turc

 

 

ll y a du soleil mais c'est un temps a sortir bonnets, gants et echarpes. Nous roulons vers Izmir et retrouvons les klaxons et saluts enthousiastes oublies pendant la Grece. A chaque village, les minarets ont remplace les clochers des eglises : ce sont maintenant les cinq appels a la priere quotidiens qui rythment nos journees.

Les Turcs sont tres calmes au volant et meme sur les grandes routes. Quel plaisir ! Tous les vehicules sont impeccablement entretenus, meme les vieilles bagnoles sont reluisantes, propres, pas une egratignure.

 

Ici les cyclo-tortues sont respectees !

Nous arrivons dans Izmir entre chiens et loups. C'est tout de suite l'attroupement et chacun veut nous aider. Routard ouvert, on leur montre sur la page, l'hotel bon marche, mais rien a faire, ils s'entetent a nous diriger vers des etablissements trois etoiles.

 

Le soir-meme, on se fait notre premier kebab. Pas de prix sur la carte et la note est salee. On se rendra compte apres qu'on s'est bien fait rouler.

 

Ils nous pompent ...

Cireur de chaussures
 On se fait cirer les pompes par un petit cireur ambulant. Ils ont le coup, les gars, d'etre gentils, serviables, de parler un peu notre langue et ni vus, ni connus, ils sont deja en train de bousiller nos grolles. Ca ne se cire pas des chaussures de rando, mais on se fait avoir quand-meme ... Celles de Celine recoivent du MIROR pour retrouver une couleur d'un jaune douteux. Et Nicolas, ca crache ! Ses bouts noirs petants tranchent avec ses talons oranges. Il a l'air fin Bozzo avec ses chaussures, le gars ne les a meme pas cirees pareilles. On a encore plus l'air de touristes maintenant !

A Izmir, nous visitons notre premier bazar. Les rabatteurs sont en nombre, ce qui nous tape sur les nerfs.

 

Etalage fruits secs
 
Boutique de foulards

L'hotel d'Izmir accepte de garder Akka quelques jours. Nous partons pour Istanbul en bus. Sur les conseils de l'office de tourisme, nous achetons les tickets a l'agence de bus VARAN.

 

 La Turquie suite ...