Où sommes nous
Qui sommes nous
Projet
Trajet
Ecoles
Journal de voyage
Par pays
Départ de France
La Suisse
Chez les Ritals
La Croatie
Un détour en Bosnie
De retour en Croatie
La Serbie-Monténégro
La Grece Antique
La Turquie
La Syrie
La Jordanie
L'Egypte
La Thailande
Le Laos
Du 13 au 14 avril 2006
Du 14 au 17 avril 2006
Du 18 au 20 avril 2006
Du 20 au 21 avril 2006
Du 22 avr au 2 mai 2006
Du 2 au 7 mai 2006
Du 8 au 12 mai 2006
Le Cambodge
Le Viêt-Nam
Retour en France
Forum
Bibliographie
Liens
 
 Accueil > Journal de voyage > Par pays > Le Laos > Du 22 avr au 2 mai 2006


Samedi 22 avril 2006 : La guerre secrete

Les armes de la guerre seccrete du Laos

A Vang-Vieng, nous sympathisons avec Ole, un restaurateur qui parle francais. Il repond a nos interrogations.

 

Au Laos, mieux vaut ne pas sortir des sentiers battus car ce pays a ete le plus bombarde au monde. Une grosse partie de ses terres agricoles ne sont plus utilisables alors que 80 % des habitants sont des paysans.

 

Il a servi de « poubelle » a l’aviation americaine qui, de retour de mission au Viet-Nam avait ordre de ne pas atterrir avec son dangereux chargement. Ainsi, 2 000 000 de tonnes d’obus ont ete laches dont 30% sont toujours inexploses.

 

Le Laos, pays communiste

 

 

 

Pays communiste, les Laotiens sont enfin “libres d’entreprise” mais pas libres d’expression  politique. En guerre de 1779 a 1975, les habitants sont las de lutter et ne s’opposent plus politiquement.


Dimanche 23 au jeudi 27 avril 2006 : La grosse raleuse

Akka sur le toit du bus

 

 

 

 

Ici, ils ne se cassent pas la tete, ils ont une galerie sur les bus qu’ils chargent a n’en plus finir, alors pour transporter le tandem, c’est simple. Bus des 5h du matin avec les sacs de salades sous les pieds. On s’arrete tous les 2 kilometres pour charger des marchandises que les passagers vont vendre a la capitale. Dehors comme dedans, le bus finit charge comme une mule. Une dame a l’air pas commode repete a chaque chargement : “farangs, farangs”, notre presence semble lui deplaire mais c’est en fait une grosse raleuse qui s’en prend a tout le monde.

Vientiane :

 

Nous nous y posons quelques jours pour l’ecriture du journal thailandais. Nous visitons les « wats » et le marche. Nous rencontrons Richard (artiste) et Claude (restaurateur), deux expatries qui sont ici pour la qualite de vie : ca les change de la vie parisienne ! Claude nous explique qu’il ne faut jamais hausser la voix sinon, les Laotiens se bloquent avec de grands yeux tout ronds et on n’en tire plus rien. Ils nettoient que ce qu’ils voient et ajoutent du paddek dans tous les plats pour les farangs. A noter que le paddek est une puree de poisson fermente dans des cuves pendant un an.

 

Au Laos aussi, ils ont leur Arc de Triomphe
 
Le Wat symbole de Vientiane, la capitale laotienne
En quittant la capitale laotienne, Vientiane

 

 

 

Pour quitter Vientiane, nous partons en bus en direction de Takkek. Akka fait les 6 heures de trajet sur le toit. Elle subit orage et vent. Avec les rafales, le garde-boue avant s’est envole. Bien sur ca tombe le jour ou nous arrivons dans une petite ville aux rues peu bitumees. On se retrouve rapidement tachetes de boue de la tete aux pieds.

 

Du 29 avril au 2 mai 2006 : Savannakhet

T'es creve ou tu veux chanter ?

 

De Takkek a Savannakhet, nous etablissons notre record : 135 km et 7h05 en selle. Tete en l’air, Nicolas roule avec ses manches retroussees, ce qui lui vaut de serieux coups de soleil sur les avant-bras. On arrive creves avec un terrible mal de fesses, mais a l’hotel, la seule chambre disponible est au-dessus du karaoke, ca fait vibrer le lit et ca resonne dans tous nos membres. Heureusement qu’en Asie, a minuit c’est fini.

 

A Savannakhet, on se croirait presque dans une petite ville francaise grace a son eglise sur la grande place entouree de maisons coloniales.

 

Savannakhet, petite ville coloniale laotienne

Resistance

 

Une petite visite au musee des UXO (engins inexploses) nous permet de mieux comprendre la « guerre secrete » et le vecu du pays. Tous les musees locaux font l’eloge du communisme et de la resistance aux Americains. Malgre tout, le pays s’ouvre depuis peu au capitalisme.

 

Le Laos avec ses pays voisins ont pour projet de fonder l’ASEAN, une association des Nations de l’Asie du Sud-Est,  avec une monnaie unique comme l’Europe.

 


Savannakhet, ville des baskets

 

Savannakhet, c’est la ville de la bicyclette, des raquettes et des baskets. Ils ont des grands stades et le sigle olympique partout ! Un ilot de sportifs au milieu du Laos.

On parcourt la ville en tuk-tuk a la recherche d’un nouveau garde-boue. Dans une petite boutique, nous tombons sur une equipe de cyclistes passionnes qui font avec les moyens du bord. Ainsi, nous faisons la rencontre d’Alain, un fou de velo de course qui nous invite dans sa ferme familiale.

 

En tuk-tuk dans les rues de Savannakhet
 
Alain a cote de la machine a jus de canne a sucre
 Le Laos suite...