Où sommes nous
Qui sommes nous
Projet
Trajet
Ecoles
Journal de voyage
Par pays
Départ de France
La Suisse
Chez les Ritals
La Croatie
Un détour en Bosnie
Du 11 au 12 oct 2005
Du 13 au 14 oct 2005
De retour en Croatie
La Serbie-Monténégro
La Grece Antique
La Turquie
La Syrie
La Jordanie
L'Egypte
La Thailande
Le Laos
Le Cambodge
Le Viêt-Nam
Retour en France
Forum
Bibliographie
Liens
 
 Accueil > Journal de voyage > Par pays > Un détour en Bosnie > Du 13 au 14 oct 2005

Le 13 octobre 2005 : Le choc de Mostar

Anciens et nouveaux batiments

 

Sur la route de Mostar, le paysage change complètement. Nous suivons une haute route sillonnant entre des monts de roches volcaniques presque désertiques. De-ci, de-la, des amas d'ordures, des carcasses de véhicules en contrebas de la route. Notre imagination travaille : les embuscades, les canons sur les hauteurs, les tirs de chars de part et d'autre, la guerre le long de ces routes.

Impacts

 

 

Puis, c'est un versant que l'on passe et la descente vers la vallée de Mostar. Au début, c'est une banlieue de résidences récentes. Mais au centre de la ville, c'est la violence, le choc. L'imagination n'a plus cours, les traces de la guerre sont la, si fraîches. Immeubles de verre dont il ne reste que le  squelette de béton. Façades noircies par les explosions. Immeubles ouverts comme des corps éventrés. Et surtout, ces milliards d'impacts qui parsèment chaque mur reste debout.

 

Au début, ça fait un peu peur, on est perdus, mais c'est une pluie de saluts, de sourires, de klaxons amicaux qui nous rassure. Ambivalence du moment : comment des gens si souriants ont-ils pu se faire la guerre ?

La croix de Sylvester

 

A un feu, une vitre s'ouvre, un gars se penche et demande nos noms en bosniaque. Lui, c'est Sylvester. Il s'étire et serre la main de Nicolas très fort en disant :

-”Good luck, good luck !”

Il repart et nous laisse dans la main une petite croix de bois. Nous nous regardons bouche-bée.

Une Arche de Paix
Stari Most : le vieux pont

 

 

A la gare routière, Kimeta nous aborde et nous propose une chambre. Nous la suivons a pied jusqu'a sa maison.

Nous partons dans les ruelles de Mostar. Le vieux pont est la, enjambant la rivière Neretva. Au fort des affrontements de 1993, il a fini par s'écrouler, séparant quartiers catholiques et musulmans, c'était alors un symbole de la guerre et de la scission entre communautés.

Aujourd'hui, catholiques et musulmans ont reconstruit ensemble l'Arche de pierre et c'est le symbole de la Paix retrouvée.

“Don't forget”-“N'oubliez pas”
Don't forget 1993

 

 

Nous rentrons, on se retrouve dans la cuisine avec Kimeta. Elle est musulmane et en ce moment, c'est Ramadan. Aussi, de la journée, elle n'a ni bu, ni mangé, ni fumé. Ce soir, le soleil a peine couché, elle se rattrape.

La croix et le croissant

 

On discute. D'après elle, la guerre 92-95 est due aux politiques qui ont voulu séparer la Yougoslavie et en faire une grande Serbie, Bosnie et Croatie. Puis, cela a dégénéré en conflits de religions. Pourtant à Mostar, catholiques et musulmans vivaient en Paix depuis plus de 500 ans.

On se demande comment les gens ont pu survivre quand on voit la densité des impacts sur les murs. Elle nous explique que pendant 3 ans, elle est restée cachée avec d'autres personnes dans sa cave. Pendant tout ce temps, ils n'ont mangé que des pâtes et du riz quand ils en avaient. Ils ne remontaient qu'à la nuit noire pour se laver à genoux à cause des “snippers”. Son mari est mort dans les combats. Une bombe est tombée sur sa maison qu'elle reconstruit petit à petit.

 

Dehors, retentit le muezzin, l'appel à la prière qui descend des minarets. Ce soir, on s'endort côté musulman, un avant-goût d'Orient ...

 

Mostar, regard vers l'avenir
 
Mostar, la vie reprend
Le 14 octobre 2005 : A Mostar, on est des stars !

Nous passons la matinée à nous imprégner de Mostar. Nous traversons un cimetière musulman, tous sont décédés en 1993 !

Nous reprenons la route. Mostar nous fait des adieux sympathiques. Il y a quelques instants, nous étions des touristes insignifiants dans les rues de la ville. A présent sur le tandem, les gens en voiture nous prennent en photo avec leur portable. Derrière, une file de conducteurs attendent patiemment leur tour. Même les soldats de l'E.U.F.O.R. (Forces militaires européennes présentes pour maintenir la Paix) s'y mettent.

 

Soudain, un autre véhicule s'approche de notre arrière. Céline s'écrit : -”Oooh ! On a un char à nos trousses !” Mitrailleuse en avant, le blindé nous double. Au revoir Mostar ! Nous retournons en Croatie ...

 

Soldats de l'EUFOR
On a aimé :
- les grenades (le fruit)
- les pâtisseries au fromage
- la soupe de poisson.

 

2655 kilomètres ? !!!
Et on a toujours bonne “mine” !!!

 

 De retour en Croatie ...